Anarchie

  • Anarchie

  • D’après Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder

  • Mise en scène: Vanessa Bonnet
  • Avec: Patricia Thibaut, Jean-Christophe Lebert, Alessandro de Pascal-Kriloff, Victorine Reinewald, Clotilde Langrée, Pierre-André Gilard et Vinciane Amilhon
  • Scénographie : Angéline Croissant
  • Costumes : Charlotte Gillard et Clotilde Langrée
  • Lumière : Quentin Maudet
  • Son et vidéo : Maël Pinard
  • création 2017 – GRAND T – du 16 au 20 octobre

L’HISTOIRE

Des idéalistes font la révolution, la vraie. C’est l’anarchie ! Effrayée, la famille Heure-Légale veut conserver les valeurs, les vraies. C’est un échec ! Les uns veulent abolir tout ce qui s’apparente à la propriété, même l’argent tandis que les autres veulent préserver leurs valeurs, ne rien céder à la communauté de ce qu’ils ont acquis, acheté, accumulé. Enfermés dans son carcan idéologique, les bourgeois réactionnaires sont aveugles aux mutations de la société, tandis que les révolutionnaires, unis dans le combat se dispersent lorsqu’il faut enfin construire. L’utopie collective est parasitée par l’individualisme et les revendications libertaires se muent en règles absurdes. Les onze acteurs s’emparent de la langue acérée du dramaturge-cinéaste Rainer Werner Fassbinder et passent avec habileté de l’anarchie clownesque au conformisme guindé. À travers des vidéos live, ils prennent la parole pour interroger au présent les actes, les inerties et les
idéaux de leurs personnages. Dans une revue théâtrale et musicale surréaliste, Last Lunch bouleverse le texte, la scène et dresse un plaidoyer pour une révolution des consciences.

SA RÉÉCRITURE – 2017

Anarchie entrelace la pièce de Fassbinder à des écritures personnelles, proposées par les acteurs en regard du contexte social et politique contemporain. Des fragments inspirés de leurs recherches, des ateliers d’écriture menés avec des particuliers, de leurs élans politiques et poétiques. « Si Fassbinder nous montre les impasses d’une révolution, notre travail d’écriture, quant à lui, tente de mettre en lumière les élans contestataires de notre époque » à travers « le déclin de la démocratie et de l’expression de la révolte. ». Vanessa Bonnet s’intéresse au « hiatus entre l’individuel et le collectif », à la paresse actuelle du discours et aux velléités de révolte politique d’une génération : « héritiers d’une pensée critique qu’on n’a pas voulu nous transmettre, nos mots semblent dépourvus de pouvoir d’agir. » Impuissance, résignation, famille, travail, revenu universel, maternité mais aussi l’éternelle analogie entre pouvoir et sexualité. Aujourd’hui, dans un constat d’échec politique, économique et social, où en sommes-nous de la révolution entre l’ordre ancien et le nouveau ? Contre quoi lutte-t-on vraiment ? Que fait surgir la révolution en chacun : la libération des passions et pulsions inhibées, même les plus monstrueuses ? Que signifie la violence contestataire ? Où se situe la véritable transformation ? 

 

Production : Last Lunch
Production déléguée:  Bora Bora productions
Coproduction : le Grand T, théâtre de Loire Atlantique – Nantes
Avec le soutien de la DRAC – Pays de la Loire – Ministère de la Culture et de la Communication, de la Région des Pays de la Loire, du Conseil Général de Loire-Atlantique, de la Ville de Nantes et du Jeune Théâtre National.
Accueils en résidence : Les Fabriques / Nantes, le Centquatre- Paris, Théâtre Paris Villette, Le Wonder, La Générale